Résistances et romanitude

Lettre du collectif N°19

Collectif de soutien aux familles rroms de Roumanie

lundi 12 janvier 2009

Cette lettre n’est pas périodique. Elle est simplement informative. Elle ne constitue pas notre expression commune, mais elle se veut un outil de communication et d’échange.

Sortons du silence. Rouvrons notre Lettre. Resolidarisons-nous. Rendons l’année 2009 meilleure. Ne nous décourageons pas devant les difficultés. Faisons ce que nous pouvons. Amitiés à tous et à chacun au sortir de cette période glaciale, et pas seulement parce que le froid nous a saisis… N’oublions aucune des deux dimensions du soutien aux Rroms : l’action locale et solidaire et l’action globale et politique. J-P D.

L’Europe avance à reculons pour les Rroms...

Plusieurs pays d’Europe ouvrent leurs portes aux travailleurs roumains et bulgares à partir de ce début d’année 2009. Pas la France.
Texte signalé par Claudia Charles du GISTI.

Entrés en 2007 dans l’Union européenne, Roumains et Bulgares ne peuvent toujours pas travailler librement dans l’ensemble des pays membres et sont encore largement soumis à des restrictions, que la crise financière mondiale vient renforcer.

Deux ans après leur entrée dans l’UE, les citoyens roumains, comme leurs voisins bulgares, ne sont toujours pas considérés comme des citoyens européens de plein droit ; c’est ce qui ressort d’un rapport publié jeudi par la Commission européenne. Un rapport qui révèle que de nombreux Etats membres continuent de restreindre l’accès des Roumains et des Bulgares à leur marché du travail, et que ce phénomène s’accentue dans le contexte de crise actuelle. De peur que les travailleurs autochtones perdent leur emploi, les pays européens ont tendance à prendre prétexte de la crise pour continuer de "protéger" leur marché du travail. La preuve avec la déclaration de Phil Woolas, ministre britannique des Frontières et de l’Immigration, qui a lancé qu’il fallait "en premier lieu que nous assurions un emploi à nos citoyens".

Restrictions maintenues.
Comme les pays entrés dans l’UE en 2004, la Roumanie et la Bulgarie se sont vues imposer des restrictions d’accès au marché du travail de nombreux pays membres lors de leur adhésion. Des restrictions en vigueur pour deux ans et qui, au plus tard, devront être complètement levées d’ici à 2012. Or, deux ans après leur mise en place, de nombreux pays sont décidés à les maintenir. Si le Danemark, l’Espagne, la Grèce, la Hongrie et le Portugal vont ouvrir complètement leurs frontières aux travailleurs roumains, la majorité des pays membres de l’UE vont maintenir ces restrictions. A l’image de la France qui n’a ouvert ses portes qu’aux ressortissants roumains et bulgares exerçant des métiers bien précis. La Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Italie sont eux aussi décidés à maintenir un accès restreint, accueillant les citoyens roumains et bulgares dans les secteurs où existe un important besoin de main-d’œuvre, comme la construction ou l’agriculture. Les Pays-Bas, qui avaient d’abord décidé d’ouvrir leur marché du travail, ont finalement rebroussé chemin.

Dans son rapport, la Commission européenne a rappelé que l’arrivée de travailleurs roumains et bulgares ne va pas conduire à une hausse du chômage, et pour prouver ses dires s’est appuyée sur une étude réalisée en novembre dernier qui démontre que l’arrivée de ces travailleurs n’a pas entraîné de perturbations substantielles sur les marchés du travail des autres pays membres. La Commission encourage donc la levée de toutes les restrictions le plus vite possible.

Référendum en Suisse.
Par ailleurs, les travailleurs roumains sauront début février s’ils peuvent ou non prendre la direction de la Suisse ; un référendum est organisé le 8 février prochain sur le renouvellement d’un accord de libre circulation des travailleurs de l’UE en Suisse et l’extension de cet accord à la Roumanie et la Bulgarie. Une possible extension qui fait polémique, surtout dans les rangs des formations politiques xénophobes. L’Union démocratique du centre mène ainsi une virulente campagne contre l’adoption de l’accord, placardant par exemple des affiches représentant Roumains et Bulgares comme des corbeaux menaçant la Suisse. Les associations de défense des droits de l’homme ont affirmé leur opposition, et de nombreux hommes politiques font pression pour que le référendum soit validé. David Hiler, le président du Conseil d’Etat de la ville de Genève, a ainsi déclaré que "l’accueil des travailleurs roumains et bulgares était une question vitale" et a été suivi par le patronat genevois qui a aussi affirmé sa volonté de voir l’accord accepté. Histoire d’accentuer un peu plus la pression, la Commission européenne a averti qu’un éventuel "non" au référendum pourrait conduire à un blocage de la circulation des travailleurs suisses dans l’UE.

Écrit par Marion Guyonvarch, lundi 12 janvier 2009.
http://www.lepetitjournal.com/content/view/35070/1231/

Toutes les restrictions à l’encontre des travailleurs bulgares et roumains doivent être levées au plus tard le 31 décembre 2013, date à laquelle la libre circulation des travailleurs s’appliquera dans toute l’UE-27. Les États de l’UE-25 qui désiraient maintenir des restrictions pendant la deuxième phase des dispositions transitoires devaient le notifier à la Commission avant le 1er janvier 2009.

Onze d’entre eux, dont la France,l’Allemagne et l’italie, ont notifié à la Commission leur décision de continuer à appliquer leur législation nationale sur l’accès au marché du travail après le 1er janvier 2009. Quatre États (la Grèce, l’Espagne, la Hongrie et le Portugal) ont décidé de lever leurs restrictions. Cela signifie que les travailleurs bulgares et roumains peuvent dorénavant venir travailler librement dans quatorze États membres. Le Danemark, qui impose encore certaines restrictions, a annoncé qu’il cesserait de les appliquer à l’encontre des travailleurs bulgares et roumains à partir du 1er mai 2009.

Pour plus de détails : http://ec.europa.eu/social/main.jsp ?catId=466&langId=fr


Lettre du collectif N°19

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 102719

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES
Images du bandeau avec l'accord de Gabi Jimenez, artiste

     RSS fr RSSCollectif de soutien aux familles rroms 78-95   ?

Creative Commons License